Dom Joseph-Marie Vilanove, 5ème abbé
(de 1936 à 1948)

Devise : Da robur, fer auxilium / « Donne-nous la force, apporte-nous le secours » (tiré du O Salutaris Hostia)

Né à Perpignan le 6 mars 1888, il était déjà prêtre lorsqu’il entra au monastère le 23 avril 1919. Quand il fut élu abbé, Dom André en fit son Prieur. Il lui succéda dans la charge abbatiale le 17 décembre 1936. Il présenta sa démission douze ans plus, en 1948, et mourut le 8 octobre 1974.
Son entrée au monastère avait été précédée par celle de son frère, Marie-Ange, décédé en 1920, des suites d’une pleurésie contractée dans les tranchées de l’Argonne. La réputation de sainteté dont il jouissait lui avait même valu, dès l’année suivante, la parution d’une biographie à son sujet, intitulée : Une fleur du Désert. À l’occasion de la réédition de cet ouvrage, on y joignit la biographie du Frère Marie-Joseph Cassant. Le livret reçut alors pour titre : Deux fleurs du Désert, qui contribua beaucoup à faire connaître le P. Cassant.
L’abbatiat de Dom Joseph-Marie fut marqué par les années de guerre 1939-1945. Fuyant l’envahisseur, de nombreux réfugiés trouvèrent au monastère un havre de paix et de sécurité : religieux venant du nord de la France, réfugiés politiques, membres du maquis, et juifs. Comme ses prédécesseurs, il travailla lui aussi pour la liturgie. Il obtint en particulier du Chapitre Général, pour la France, de pouvoir célébrer dans nos monastères, les fêtes de Sainte Jeanne d’Arc et de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, pour laquelle il avait une très grande dévotion.