Situé au cœur de la Champagne, cette abbaye avait été fondée par saint Bernard de Clairvaux en 1128. En ces temps reculés, elle fut célèbre grâce à son second abbé : le bienheureux Guerric, disciple de saint Bernard, qui laissa à la postérité un recueil de 56 sermons pour l’année liturgique.
Lorsqu’éclata la Révolution, les moines furent contraints à l’exil ; le monastère et la propriété furent vendus.
En 1875, alors que les bâtiments claustraux étaient encore intacts, l’archevêque de Reims, Mgr Langénieux, résolut d’y réimplanter la vie monastique. Il sollicita l’abbé de sainte Marie du Désert, dom Étienne Salasc. Celui-ci envoya 10 religieux, en deux groupes de 5 moines, d’abord en décembre 1875, ensuite en janvier de l’année suivante.
Malheureusement, cette refondation d’Igny ne fit pas long feu : située à proximité du front de la guerre 14-18 et du tristement réputé « chemin des Dames », le monastère fut sévèrement endommagé et la communauté, dispersée.
Ses ruines furent relevées en 1929 par des moniales provenant du monastère de Laval dans la Mayenne. A nouveau évacué pendant la seconde guerre mondiale, les moniales y revinrent après la capitulation allemande.Pour plus de détails sur l’histoire de ce monastère, consulter la page : http://www.abbaye-igny.fr/historique/l-abbaye