« Sous une règle et un abbé » (RB 1)
Notre communauté est aujourd’hui composée de 15 frères, d’origine géographique très diverse : principalement des français, mais aussi un kenyan, un coréen et un belge.
[photo de la communauté actuelle]

Elle appartient à l’Ordre cistercien de la stricte observance (www.ocso.org). Celui-ci se définit comme « un institut monastique intégralement ordonné à la contemplation » (Const 2 : « La nature et le but de l'Ordre »).
[image de la Vierge Marie prenant sous son manteau l’Ordre cistercien]

Placés sous une règle et sous la conduite d’un abbé (RB 1, 2) qu’ils se choisissent, les « moines vivent ensemble dans l'enceinte du monastère » (RB 1, 2). Ils s’y « consacrent au culte divin, en suivant la Règle de saint Benoît, et assurent l'humble et noble service de la divine Majesté dans la solitude et le silence, dans la prière assidue et une joyeuse pénitence » (Const 2 : « La nature et le but de l'Ordre »).

Le charisme cistercien se caractérise surtout par l’équilibre particulier et délicat qu’il cherche à établir entre lectio divina, liturgie et travail.
Tous les outils de l’œuvre spirituelle qu’il place dans les mains de chaque frère, tels que l'obéissance, l'humilité, l'ascèse, la solitude et le silence, visent à le conduire « à la liberté intérieure par laquelle on atteint la pureté du cœur et une attention constante à Dieu » (Charte de formation OCSO, 1ère partie. 1).
Cet équilibre fondamental que la vie cistercienne cherche à promouvoir est déterminé selon le caractère, la formation et le progrès de la vie de chacun.
Il revient cependant en particulier à l'abbé de veiller « à discerner et mesurer toute chose en sorte que chaque frère puisse croître dans cette vocation cistercienne » (Const. 14, 2). Comme le précisent encore les Constitutions de l’Ordre cistercien de la stricte observance :
« L'abbé conduit les frères avec le respect dû à la personne humaine créée à l'image de Dieu, en stimulant leur obéissance spontanée et en favorisant opportunément leurs dons pratiques et intellectuels. Il les amène ainsi à coopérer en obéissance active et responsable dans les charges à remplir et les initiatives à prendre, restant sauve cependant son autorité de décider et d'ordonner ce qu'il y a à faire. » (Const. 16, 3)

Le travail de la communauté, hier et aujourd’hui
Mise en valeur des terres : Agriculture et forêt
Atelier « Chantelle »
Rucher ; Miellerie et confiserie