Mérite un détour particulier

À l’intérieur de cette chapelle, le visiteur pourra admirer un remarquable ensemble de vitraux, consacrés aux 15 Mystères du Rosaire. Rappelons qu’au moment de la reconstruction de la chapelle au XIXes., le Bienheureux Jean-Paul II n’avait pas encore proposé d’ajouter à la série des mystères joyeux, douloureux et glorieux, les 5 mystères lumineux…



Le visiteur y trouvera aussi, retirée des décombres de la chapelle primitive, une pierre tombale datée de 1262 : celle de Raymond d’Autezac, chapelain du lieu. Elle constitue l’une des plus anciennes attestations de l’existence de la chapelle sainte Marie de l’Herm.



Dans l’abside de la chapelle, en hauteur, derrière l’autel, on peut également contempler une belle statue polychrome, dite « authentique », de Sainte Marie du Désert. Réalisée en 1637 par le sculpteur Fontan, elle fut heureusement soustraite au pillage de la Révolution et a été restituée à la chapelle en 1900.



Enfin, à l’extérieur, au chevet de la chapelle, on peut voir une statue de la Vierge Marie, couronnée de 12 étoiles. Elle fut inaugurée en 1873 en souvenir d’une Mission prêchée par le P. Dufor, des Pères du Calvaire à Toulouse. C’est au pied de cette statue que désormais nous nous rendons en procession, après avoir célébré, dans l’église abbatiale, la messe solennelle pour la Nativité de Notre-Dame.


Pour en savoir plus, Un lieu et des frères origines


(C) 2008 - Tous droits réservés

Imprimer cette page