La communauté des laïcs associés

Dans la mouvance du concile Vatican II (1962-1965), l’Église a redécouvert et mis en valeur le fait qu’en vertu de leur baptême, tous les chrétiens - qu’ils soient laïcs engagés en pleine pâte du monde, religieux-consacrés ou prêtres - appartenaient à l’unique peuple de Dieu et que tous, sous des formes de vie sans doute différentes et des vocations spécifiques, étaient cependant appelés à une même sainteté.
À partir de cette redécouverte d’une vocation baptismale commune à tous, mais vécue à travers des états de vie distincts, s’est alors progressivement développée, sous le pontificat du pape Jean-Paul II, ce que ce dernier a appelé une « spiritualité de communion ». Ainsi les laïcs découvraient-ils qu’en fréquentant de plus près les religieux, ils pouvaient trouver auprès d’eux une source inappréciable où aller s’abreuver pour nourrir leur propre vie chrétienne et spirituelle, tandis que, de leur côté, les religieux découvraient à leur tour que leur charisme respectif, loin d’être un patrimoine sur lequel ils jouiraient d’un monopole exclusif, était en réalité un bien commun appartenant à toute l’Église et qu’ils étaient invités à le partager avec tous les chrétiens.
De ce double mouvement, sont alors nés (mais sous une forme différente des Tiers-Ordres classiques), des groupes de « laïcs associés » à tel ou tel institut religieux, ou, pour les monastères, à telle ou telle communauté monastique. C’est donc dans cet élan nouveau de vie ecclésiale, et avec le soutien de Dom Jean-Marie Couvreur, que, depuis 2003, un groupe de laïcs (prenant le relais de l’« Association des Amis du Désert ») s’est constitué auprès de notre communauté monastique.
Ce groupe de Laïcs, affilié au mouvement international des « laïcs associés à un monastère cistercien » (ILC) que réunit une « charte » commune, rassemble actuellement une vingtaine de personnes, désireuses de vivre de la spiritualité cistercienne pour éclairer leur chemin de vie chrétienne dans le monde. Placées sous le patronage du Père Marie-Joseph Cassant, et en lien étroit de communion spirituelle avec les frères du Désert, elles se réunissent trois fois par an, l’espace d’un week-end, pour un partage de vie à la lumière des Pères et Mères de Cîteaux, qu’ils soient d’hier ou d’aujourd’hui.


(C) 2008 - Tous droits réservés

Imprimer cette page