C’est une année particulière qui s’ouvre devant nous : une année sainte, voulue par le Pape François. Une année placée sous le signe de la Miséricorde de Dieu ! Une année dans laquelle nous entrons par Marie et avec Marie !
Nul doute que lorsque Dieu voulut donner à Adam « une aide qui lui corresponde », Il l’a voulue sainte et irréprochable. Pourtant, Eve choisit de suivre sa volonté propre, son désir propre, et se détourna. Or, que nous dit l’Ecriture ? « L’homme appela sa femme : « Eve », c’est-à-dire la vivante, parce qu’elle fut la mère de tous les vivants.»
Nous sommes tous les fils d’Eve; tout comme elle, nous sommes voulus par Dieu, désirés par Lui, mais encore en chemin vers Lui, entravés que nous sommes par le péché. Mais Dieu voulait réaliser son projet pour l’homme. Dieu ne serait pas Dieu si Sa volonté ne s’accomplissait pas. Il choisit alors le seul chemin possible pour nous arracher au péché : le chemin de la Miséricorde. « La Miséricorde c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme » comme le dit le Pape François. Oui, Dieu ne pouvant rester séparé de Sa créature, a renoué le lien rompu par le péché, par un lien plus grand encore. Un lien plus fort que le péché le plus grave.
St Paul nous dit bien que Dieu « nous a choisis avant la création du monde pour que nous soyons dans l’amour, saints et irréprochables sous son regard. Il nous a d’avance destinés à devenir pour lui des fils par Jésus-Christ. » Pour devenir ce que nous sommes en Jésus-Christ, le Fils devait prendre chair. Le Fils est le fruit de la miséricorde de Dieu pour nous.
Comme le disait avec force le Pape François, en commençant la « Bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde » : « Jésus-Christ est le visage de la Miséricorde du Père ». Voilà pourquoi, afin que le Verbe devienne chair, Dieu a préparé de toute éternité une femme qui ne serait pas « la mère des vivants », mais la Mère de la Vie. Une femme non marquée par le péché.
Une femme Mère du Rédempteur de l’homme.
Car, dans sa maternité divine, Marie met en lumière ce qui a manqué à la maternité d’Eve, marquée à jamais par la mort. La maternité de Marie s’inscrit dans la Création Divine. Elle ouvre la porte à la Vie qui ne finit pas. Créée de toute éternité, choisie de toute éternité par Dieu pour être la Mère de Son Fils, Marie est aussi, en quelque sorte, la première née de la création nouvelle que Jésus inaugure en prenant chair en son sein. Voilà que débute, en Marie Immaculée la Création Véritable qui arrache l’humanité au pouvoir de la mort.
Dans l’image de Marie concevant le Verbe par l’action de l’Esprit, contemplant la Miséricorde de Dieu, nous pouvons entrevoir le Mystère de la Trinité, à l’œuvre en ce monde.
Oui, nous ouvrons bien une année très particulière avec le Pape François en cette fête de l’Immaculée Conception de Marie. Pendant toute cette année, nous serons attentifs à l’action de Dieu en nos vies, pour faire l’expérience de l’amour miséricordieux de Dieu. Il nous console, Il nous sauve, Il nous restaure, afin que, chaque jour davantage, nous devenions ressemblance de Son Image parfaite qu’est Son Fils, le Seigneur Jésus.

Fr. J-M.