Vous êtes ici: Au fil du temps Homélies (C)

La fête de Pâques continue! Les textes de nos eucharisties nous redisent tous le même message : Jésus est Ressuscité, Il est là, présent au milieu de nous. La lecture de St Jean, ce matin, a précisé que c’est « la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples. » Une fois de plus, dans ce récit de l’apparition au bord du lac et de la pêche miraculeuse, il nous faut reconnaître qu’il ne va pas de soi de croire en la Résurrection ! Les Apôtres, et Pierre en particulier, ne reconnaissent pas facilement le Jésus avec qui ils avaient cheminé durant trois ans ! Il leur faut beaucoup de temps pour recevoir le Seigneur, à travers cet homme Jésus passé de la mort à la Vie ! En fait, en ce dimanche encore, nous voyons comment Jésus fait route avec ses disciples et surtout avec Pierre, jusqu’au moment où leurs yeux s’ouvrent et reconnaissent en Lui le Seigneur Ressuscité qui vient transformer leurs existences, leur donner sa Vie et les inviter à répondre vraiment à son Amour ! Jésus continue d’ailleurs de procéder de la même manière avec chacun de nous.
Choisis par Jésus, il y a plusieurs années, ces hommes n’avaient rien compris. Nous les voyons, dans l’évangile de ce jour, reprendre leur métier de pêcheurs. Pierre entraîne ceux qui, comme lui, avaient cheminé, à la suite de Jésus. « Je m’en vais à la pêche », déclare-t-il, et ses compagnons de répondre :« Nous allons avec toi ». « Ils partirent et montèrent dans la barque ; or ils passèrent la nuit sans rien prendre ».
Mais, précise St Jean, « Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage… » Nos pêcheurs chevronnés sont fatigués et découragés par une nuit de travail sans aucun résultat : ils ne voient près d’eux qu’un homme ! Ils sont incapables de percevoir la Lumière qu’est Jésus venant à eux ! Pourtant, ils acceptent de jeter leurs filets ! Alors le signe se produit, et Jean, le disciple bien-aimé, reconnaît le premier son Seigneur ! Pierre ne voit pas ! Il va toujours trop vite en besogne : cela l’a conduit au meilleur, lors de sa profession de foi, mais cela l’a amené aussi au reniement de son Maître ! Ici encore devant le coup de filet miraculeux, il ne comprend pas. C’est la parole de son ami Jean qui l’entraîne à nouveau à un geste spontané : il se jette à l’eau, il ne doute plus, il veut être le premier à atteindre Jésus. Il a vraiment une nature de chef mais il lui faut passer par une purification profonde pour porter tout son fruit ! Il lui faudra redire son amour pour son Maître dans le merveilleux dialogue avec Lui, que nous venons d’entendre !
Dans ce dialogue avec Jésus, qu’il faut relier, bien sûr, aux trois reniements lors de la Passion, Simon-Pierre est questionné non pas tant sur sa foi que sur son amour : « Pierre, m’aimes-tu ? – Oui, Seigneur, je t’aime. » En français, nous ne pouvons pas rendre les nuances de ce dialogue. En français, nous n’avons qu’un seul mot pour dire « aimer », en grec, ce sont deux termes différents et Jésus joue sur leur différence : agapan désigne l’amour parfait, la charité, « l’agapê » ; Dieu est « agapê ». Le second mot « plilein » - « philo »- évoque un amour moins fort, avoir de l’affection ou de l’amitié. Les deux premières fois, Jésus dit à Pierre : « Agapes me ? », c’est-à-dire, en substance : « Ton amour pour moi est-il parfait ? » Et Pierre, conscient de sa faiblesse, répond sur le mode inférieur : « Philo te », c’est-à-dire : « je t’aime bien ».La troisième fois, Jésus surprend Pierre. Au lieu de dire « Agapes me ? » il reprend le verbe « philein » utilisé par l’apôtre : « As-tu vraiment de l’amitié pour moi ? » Pierre est interloqué : Jésus douterait-il de son amour, même imparfait ? Non, et il le manifeste en lui confiant ses agneaux et ses brebis.
Merveille que le chemin réalisé par Jésus Ressuscité dans le cœur de son disciple. Pierre a cru en son Maître jusqu’à confirmer son amour pour Lui, par trois fois! Il a saisi que Jésus lui tendait la perche après son reniement. Ainsi, à son tour, il entre dans la résurrection!
La même merveille peut se réaliser dans chacune de nos vies ! Toutes les rencontres du Christ ressuscité annoncent en effet nos propres rencontres dominicales, où Jésus nous accueille à son repas, nous ressuscite de nos faiblesses et nous envoie en mission. Assurément, nous faisons tous l’expérience de nos limites et de nos faiblesses et devenons ainsi plus ouverts pour accueillir les situations difficiles et souvent douloureuses de nos frères et de nos sœurs. Bénéficiaires de la Miséricorde divine, avec toute l’Eglise, plus que jamais, ces derniers mois, nous devenons capables de l’exercer à notre tour. Pas de doute, nous avons tous été repêchés ! Voilà pourquoi, à présent, nous sommes à même de proclamer la joie de nos résurrections, à la suite des Apôtres, à la suite de Pierre, à la suite du Pape François et de toute l’Eglise, aujourd’hui !
Oui, Jésus est Ressuscité ! Il est vraiment Ressuscité ! Il est là, Présent dans Son Eglise, dans nos coeurs ! A notre tour, nous pouvons dire : « Seigneur Jésus…. Tu sais tout, tu sais bien que nous t’aimons. »

F. J-M