Vous êtes ici: Au fil du temps Homélies

« Seigneur, il est bon que nous soyons ici » dit Pierre à Jésus. Nous pouvons reprendre à notre compte les mots de Pierre. L’expérience qu’il fait est celle de la paix profonde, de la vérité de l’Écriture, de la divinité de Jésus. Il est la lumière du monde, la lumière de nos vies. Contrairement à ce que Pierre peut souhaiter, cette manifestation durera l’espace d’un instant. Comme lui nous rêvons que les épreuves de la vie s’effacent devant un monde sans larme. La Transfiguration est là pour préparer le cœur des disciples à surmonter le scandale de la croix nous dit la préface de ce jour.
Un visage transfiguré, un visage défiguré. La vie nous donne parfois d’être mis en présence de tels visages. Qu’est-ce qui transfigure un visage ? La joie. Pas n’importe laquelle. Il s’agit de la joie issue d’une rencontre qui délivre de toute inquiétude ; la joie de se donner. Nous pouvons avoir en mémoire la joie inscrite sur les visages de mère Teresa et plus encore des pauvres mourants qu’elle assistait. D’aucuns avaient des visages d’anges.
Qu’est-ce qui défigure un visage ? Hélas bien des choses. Tout ce qui défait notre humanité nous défigure. La peur, la violence, la haine, la douleur, la solitude etc.
Il y a cependant un lien mystérieux entre transfiguration et défiguration. Les visages des pauvres assistés par mère Teresa pourraient-ils être transfigurés d’une manière si puissante si ces personnes n’avaient pas auparavant éprouvé l’abandon, la déréliction ? Oui, il faut le dire, la transfiguration exprime aussi la victoire de la vie là où la mort était imminente, là où la gangrène du désespoir faisait des ravages. La transfiguration dit la vérité profonde de la vie, sa victoire sur la mort.
Jésus emmène Pierre, Jacques et Jean sur une haute montagne et il est transfiguré devant eux. Se joignent à lui Moïse et Élie, ils représentent la Loi et les Prophètes, qui délibèrent avec lui. Dans le désert, la nuée lumineuse couvrait la tente dans laquelle se trouvait l’arche d’Alliance. Ici la nuée lumineuse les couvre tous. De la nuée une voix proclame : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Cette voix avait déjà retenti au baptême de Jésus. Tous ceux qui sont présents sur la montagne avec Jésus participent à cette transfiguration. La visite de Dieu remplit de crainte, comme Marie au moment de l’Annonciation.
L’événement ne dure que quelques instants mais il a une importance décisive pour la suite des événements. Jésus prépare les disciples à ce qui va lui arriver. Quelques jours auparavant Pierre avait reconnu la divinité de Jésus qui avait répondu en annonçant sa passion. Pierre s’était insurgé : cela ne t’arrivera pas ! Pierre ne peut pas imaginer le chemin que Jésus va prendre ; il pourra encore moins le supporter. Par la transfiguration Jésus prépare ses disciples à traverser la Passion, ce temps où Jésus sera défiguré.
La Transfiguration de Jésus a un lien profond avec la Passion. C’est pour cela que Jésus demande à ses disciples de ne pas en parler avant sa résurrection d’entre les morts. La Transfiguration est la vérité de la Passion, comme la Passion est la vérité de la Transfiguration. Sans la Passion, la Transfiguration ne serait qu’une une mise en scène comme celle d’une vedette de cinéma ou de football.
Le visage transfiguré de Jésus sera défiguré au moment de la Passion. Défiguré par la violence, le mensonge, la haine, les crachats, la dérision. Jésus prendra sur lui le masque de nos visages défigurés par le péché. De cette manière, il nous rendra notre vrai visage, celui de fille et de fils de Dieu, créés à son image.
Regardons la croix. Sur la croix Jésus n’a plus d’apparence humaine nous dit l’Écriture. Cependant l’artiste qui a fait cette œuvre-ci montre un Jésus vivant ressuscité. Jésus a pris sur lui toute la violence des hommes et apparaît victorieux. Ce qu’il nous donne à voir, c’est la douceur et la miséricorde de Dieu pour l’humanité qui a remporté la victoire sur la méchanceté des hommes.
À d’autres époques, les artistes sculptent des Christs torturés avec beaucoup de réalisme. Ils sont signe d’espérance dans les temps de grande épreuve.
La croix est la représentation incroyable de ce que les hommes sont capables d’inventer comme violence, et d’infliger aux autres. Elle est aussi pour les chrétiens le signe tout aussi incroyable de la miséricorde de Dieu envers nous.
Si Jésus prend sur lui la violence des hommes c’est pour que ceux-ci puissent retrouver leur vrai visage devant Dieu, des visages transfigurés. La Transfiguration qui dit le vrai visage du Christ dit aussi notre vrai visage à venir.
« Il est bon que nous soyons ici » dit Pierre. Oui, il est bon que nous soyons ici d’une part pour prendre des forces et d’autre part pour rendre grâce du cadeau que le Seigneur vient nous donner.

Daniel Régent sj