Vous êtes ici: Au fil du temps Homélies

En ce jour, la liturgie nous invite à célébrer solennellement Saint Joseph. En fait, nous le savons, le culte de Saint Joseph est tardif dans l’histoire de l’Eglise. Ce n’est que peu à peu que l’Eglise a pris conscience de la place toute particulière de Joseph dans la Sainte Famille. Nous venons d’entendre, la fin de la généalogie de Jésus, selon St Matthieu. C’est clair, « Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ. » Suit la précision, très claire elle aussi : « voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. »
Par ailleurs, nous le savons tous, Joseph est l’homme de la discrétion. Nous ne trouvons aucune parole de Joseph dans le Nouveau Testament. Mais il nous faut reconnaître que, sans lui, le grand mystère de l’incarnation du Fils de Dieu n’aurait pas pu se vivre. L’oraison d’ouverture de notre liturgie eucharistique vient de nous le redire en quelques mots : « Dieu tout-puissant, à l’aube des temps nouveaux, tu as confié à St Joseph la garde des mystères du salut ; accorde maintenant à ton Eglise, toujours soutenue par sa prière, de veiller sur leur achèvement. » Nous voyons bien ainsi le rôle unique de Joseph dans la venue du Sauveur parmi nous et, en même temps, celui de l’Eglise appelée à prendre le relai difficile d’être, à la suite de Joseph, la gardienne des « mystères du Salut par Jésus Christ ».
C’est encore la liturgie, tout particulièrement à travers la préface de ce jour, qui nous aide à mieux comprendre la place de Joseph, dans la venue parmi nous du Fils Bien-aimé du Père, par Marie. Je ne voudrais que relever les titres donnés à Joseph par la préface, comme autant d’occasions de rendre gloire à Dieu le Père :Joseph fut d’abord « l’homme juste » que Dieu donna comme « époux » à la Vierge Marie, la Mère de Dieu !Il fut aussi « le serviteur fidèle et prudent » à qui Dieu confia la Sainte Famille !
Joseph enfin « veilla comme un père sur le Fils unique de Dieu conçu par la puissance du St-Esprit, Jésus-Christ, Notre Seigneur»
J’aimerais retenir plus spécialement deux titres que la préface de ce jour donne à St Joseph, en laissant au grand St Augustin de nous en donner l’éclairage à partir du verset de l’évangile « Joseph était un homme juste » :« Ils étaient, dit-il, justes tous les deux, mari et femme. L’Esprit-Saint a reposé dans leur commune justice et leur a donné un fils à tous les deux. Et c’est à tous les deux aussi que l’ange a confié la charge de donner le nom à l’enfant, ce qui est une preuve manifeste de leur autorité de parents. Il dit, en effet, à Marie : ‘Tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus’. Et l’évangile dit encore : ‘Elle lui enfanta un fils’, paroles qui prouvent les droits de père de Joseph, non d’après la nature, mais d’après l’affection; c’est ainsi qu’il est père, et en toute vérité. Les deux évangélistes ont donc raison de faire passer la généalogie de Jésus par Joseph.
Et St Augustin d’insister encore sur la « paternité » de Joseph :
« Pourquoi Joseph est-il père ? Parce que sa paternité est d’autant plus réelle qu’elle est pure. Sans doute, on croyait Joseph père de Jésus d’une toute autre façon, comme le sont les pères ordinaires qui n’engendrent pas par la seule affection. Voilà la parole de St Luc : ‘On le croyait fils de Joseph’. Le Seigneur n’était pas fils de Joseph selon la nature, malgré la croyance générale ; et cependant, à cause de sa tendresse et de son amour, il est né à Joseph, de la Vierge Marie, un fils qui est en même temps le Fils de Dieu. »
Nous ne pouvons que rendre Gloire et Grâces à Dieu Notre Père, pour le mystère accompli par Marie et Joseph dans l’accueil de Jésus ! En ce jour, tout spécialement, rendons grâces à Dieu qui a donné à Joseph la force de faire confiance à l’ange, en prenant chez lui Marie, son épouse. Demandons aussi les uns pour les autres la grâce d’être, nous aussi des « serviteurs justes et fidèles », à la manière de St Joseph ! Oui, qu’il en soit ainsi !

F. J-M