Vous êtes ici: Au fil du temps Homélies

Que tout au long de cette année, à la fois, nous cherchions Dieu et que nous laissions trouver par Lui ! » Nous savons que ce mot un peu curieux de « l’Epiphanie » signifie : la manifestation. Nous sommes dans le temps de la « Manifestation du Seigneur ». A Noël, nous avons fêté sa manifestation aux bergers. Aujourd’hui nous célébrons sa manifestation au monde entier en la personne des mages venus d’Orient. Nous connaissons bien cette expression sous sa forme abrégée : une manif est une démarche collective qui a pour but de rendre manifeste, évidente, connue, claire aux yeux de tous une situation, un évènement important, souvent sous le signe de la contradiction. Ce que nous célébrons, aujourd’hui, c’est que le Seigneur Jésus Christ soit venu et qu’il se soit fait connaître.
Jésus est Emmanuel, présence du Très-Haut au milieu des hommes, et il a voulu que tous le sachent, il a voulu que tous puissent s’approcher de lui et le recevoir. Aujourd’hui, nous célébrons cette volonté qu’a le Seigneur de se manifester à nous : sa volonté de se laisser trouver par tous répond à ce désir inné chez tous les hommes de le chercher, puisque c’est Lui qui nous a faits Ce qui est présenté aujourd’hui comme manifeste, c’est l’universalité de l’amour de Dieu et de son projet pour tous : en Jésus, le Fils de David, les promesses de l’Ancien Testament de bonheur et de Paix trouvent leur accomplissement. « Les nations marcheront vers ta lumière ! » Promesse faite à l’humanité plongée dans l’obscurité, d’un avenir de lumière. En la personne des mages, s’inaugure la marche de tous les peuples venant se prosterner devant le Roi-Messie, Mais paradoxalement, hier comme en notre temps, là où le peuple de la promesse se bloque dans un phénomène de rejet, l’avant-garde des peuples païens se met passionnément en marche à la recherche du Sauveur de tous les hommes. « Tous les hommes sont associés au même héritage, au partage de la même promesse dans le Christ Jésus », le voilà le mystère manifesté, dévoilé, révélé à Paul, La voilà l’Epiphanie.
Pour que se réalise pour nous cette Epiphanie et que nous soit offerte cette très grande joie qu’éprouvèrent les mages, encore faut-il que nous cherchions Dieu pour nous laisser trouver par lui. Chercheurs de Dieu vivant, certes les moines le sont, tous les chrétiens, et tous les humains aussi, chercheurs de bonheur, mais c’est de nuit, c’est toujours une marche à l’étoile. Comme pour les mages, dans tout parcours humain, dans tout chemin de vie il y a des étapes. Il arrive aussi que l’on soit bloqué. De toutes façons, il convient de s’arrêter fréquemment, pour regarder la nuit, scruter le ciel, repérer son étoile et toujours, inlassablement, passionnément, se remettre en route. C’est bien le sens, chaque dimanche de notre déplacement pour aller, ou mieux, pour venir à la messe. Plus qu’une démarche de fidélité, c’est bien une marche vers la lumière, une ouverture à Celui qui veut se manifester. E c’est ensemble. Le sens symbolique est encore plus fort quand, deux fois par an, la messe est à minuit.
Remarquons enfin que dans le récit de St Mathieu, il y a comme une double manifestation. La première était l’étoile, l’intuition fulgurante de l’étoile les arrache à leur routine pour se mettre en marche, mais le message de l’étoile est incomplet. Arrivés à Jérusalem, il a fallu que les mages aient recours à la connaissance des écritures du peuple d’Israël. Ils vont trouver le roi pour avoir confirmation de la justesse de leur intuition. Il a fallu que la hiérarchie du peuple juif ait recours à la parole entendue par les prophètes pour que le message de l’étoile ait un sens, pour qu’il soit complet. Ainsi pour nous, le Seigneur se manifeste à chaque personne d’une double façon et il est impossible de négliger l’une pour s’en tenir à l’autre. Dieu se manifeste à la fois dans l’intimité personnelle qu’est la prière intérieure et par les évènements particuliers, et par la Parole que nous annonce l’Eglise qui seule peut commenter convenablement. S’il y a contradiction entre ces deux langages parlés pour nous par le Seigneur, c’est que nous écoutons mal, ou que nous nous illusionnons sur l’origine du message. C’est la Parole annonçée par l’Eglise qui vérifie les signes personnels et ce sont les connaissances intérieures qui rendent vivante la connaissance de la Parole.
« Ils éprouvèrent alors une très grande joie », dit l’évangile. L’étoile, la Parole et l’explication de la Parole par le peuple ont conduit les mages jusqu’à l’enfant de Bethléem. L’histoire des mages venus d’Orient est toujours actuelle. Tel est ce l’ensemble des évènements racontés par Matthieu pour montrer ma manifestation du Christ. Sachant que le Seigneur se manifeste sans cesse pour nous, soyons attentifs et dociles afin de ne rien laisser échapper. Sa lumière nous est nécessaire.

F. A-M