Vous êtes ici: Au fil du temps Homélies

C’est aujourd’hui notre dernière rencontre avant le jour de la venue du Seigneur. Nous nous y sommes préparés en accueillant chaque jour et chaque dimanche la parole que Dieu nous offrait, en nous efforçant d’en saisir le sens, sans craindre d’en être un peu bousculés. Transformés ? Parfois, mais alors c’était l’œuvre de l’Esprit. Afin de nous aider en cette étape ultime, l’Eglise nous propose un modèle : saint Joseph.
Joseph accomplit une œuvre profonde de croyant. Comme Marie, sa fiancée, Joseph reçoit de Dieu par la visite de l’Ange du Seigneur, une Annonciation. Il est le premier après Notre Dame à reconnaître l’Incarnation du Fils de Dieu. Il accueille en profondeur les paroles qui lui sont dites : l’Enfant à naître est le fruit de l’Esprit Saint. Informé, désormais, il sait. Marie accepte par son OUI la mission très spéciale qui lui a été confiée car il lui est précisé que ce sera en elle l’œuvre du Saint-Esprit. S’il consent à prendre Marie avec lui, c’est bien qu’il accorde lui aussi toute sa confiance à l’annonce qui lui a été faite et que la réalisation de la mission qui lui est proposée sera en lui aussi l’œuvre du Saint-Esprit. C’est ainsi que va s’accomplir le dessein de Dieu rappelé tout à l’heure dans l’oracle du prophète Isaïe que nous entendions. Essayons de saisir l’aventure spirituelle vécue par Joseph, pour voir ensuite en quoi elle nous est profitable pour nous préparer à bien célébrer Noël.
En nous racontant l’annonciation à Joseph, St.Matthieu n’a pas l’intention de nous partager les réactions psychologiques de son personnage. Il cherche à répondre à la question : « qui est le Messie ? ». Pour lui qui écrit pour les premières communautés chrétiennes, il veut montrer que Jésus « qui sauvera son peuple de ses péchés, » est bien l’héritier ultime d’Israël, et que c’est Joseph qui l’introduit dans la lignée de David. On pourrait paraphraser ainsi les paroles de l’Ange : « Joseph, Fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse … tu sais bien que ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit-Saint, elle enfantera un Fils et c’est toi qui lui donnera le nom de Jésus ». Pour Joseph, Dieu est présent dans cette affaire. Marie conçoit et met l’enfant au monde, Joseph fait de cet enfant un Fils de David, l’insère dans la race humaine, comme cela l’a été promis à David et rappelé par Paul dans le passage de la lettre aux Romains que nous entendions tout l’heure.
Joseph, par la qualité de son âme et par le choix dont il est l’objet de la part de Dieu nous aide à notre ultime préparation de la fête de Noël. Son destin est bien différent du nôtre, les éléments qui font sa justice, sont aussi les nôtres précisés en trois mots : Joseph sait, accueille et sert.
Il sait la conception virginale de Marie et la naissance du Fils de Dieu attendue grâce à son « fiat ». Nous, de même, nous savons. Nous savons que c’est dans quelques jours que le Seigneur se manifestera. Puissions-nous avoir pour cette venue du Christ le respect et la foi qui animaient Joseph.
Joseph accueille le Christ Jésus Vivant. Nous avons nous aussi à l’accueillir. Le Seigneur est réellement vivant pour nous en Eglise : Il n’est pas plus difficile en notre temps de croire à la présence vivante du Seigneur par la parole et les sacrements que pour Joseph de croire que l’enfant attendu par Marie est bien le Fils du Très Haut.
Joseph sert le Christ-Jésus vivant. Telle est bien le rôle des croyants de le servir quotidiennement par la paix et la réconciliation au nom de l’Evangile. Si Marie comme Joseph peuvent consentir à accomplir en confiance la mission qui leur est confiée, c’est parce que l’annonce qui fut faite à l’une comme à l’autre commence par ces mots : « Ne crains pas, ce qui t’est demandé sera l’œuvre de l’Esprit-Saint. » De même pour toutes nos missions et pour tous ceux qui nous sont confiés, sachons comme Joseph devenir capables de discerner en eux, quels qu’ils soient, l’œuvre de l’Esprit-Saint.

F. A-M