Vous êtes ici: Au fil du temps Homélies

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. »
Ces mots du prophète Isaïe, huit siècles avant Jésus-Christ, suivent de près ceux qui annonçaient la naissance de l’Emmanuel, Dieu-avec-nous. Ces affirmations, nous les avons entendues, à plusieurs reprises, lors des célébrations, encore récentes, des fêtes de Noël et de l’Epiphanie! Et, de fait, nous sommes toujours invités à passer des ténèbres à la Lumière. Et c’est toujours le Seigneur et le Seigneur Seul qui nous donne de passer des ténèbres à la Lumière.
Nous avons tous dans nos vies des situations douloureuses, insupportables. Et que dire des guerres telles celles de 14-18 et de 39-45 ? Et aujourd’hui encore, notre pays et bien d’autres dans le monde vivent des situations horribles fomentées par un terrorisme aveugle et sans pitié ! Aujourd’hui comme hier, nous expérimentons de près ou de loin des moments de « ténèbres » qui nous laissent souvent inquiets et horrifiés. Pouvons-nous encore, aujourd’hui, trouver une vraie sécurité et vivre en paix dans notre pays, voire même dans le monde ? Et nous chrétiens, osons-nous et pouvons-nous encore croire à la Lumière annoncée par le prophète Isaïe ? Est-ce encore possible, aujourd’hui, dans nos pays dits libres ? N’est-ce pas un leurre, une illusion ?
De fait, est-ce bien cela que Jésus nous annonce dans sa Bonne Nouvelle, présentée aujourd’hui par St Matthieu ? Oui, nous avons bien entendu, avec l’évangile de ce jour, cette promesse reprise chez Isaïe: « Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée ». Et de suite, après cette affirmation, l’évangéliste ajoute: « A partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : ‘Convertissez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche ». Ainsi donc, Jésus nous invite à nous détourner des ténèbres, de tout ce qui est horrible et qui fait peur, et nous propose de nous tourner vers la Lumière qu’Il nous apporte. Il s’agit bien d’une lumière qui éclate et libère, et nous tourne vers l’espérance et la joie de vivre. Oui, selon Jésus, pour passer des ténèbres à la Lumière, il nous faut nous convertir. C’était l’annonce forte de Jésus à Capharnaüm, il y a plus de 2000 ans, c’est aussi celle qu’Il nous redit aujourd’hui encore : « Convertissez-vous » !
Et cette invitation s’adresse à chacune et à chacun d’entre nous ! C’est un peu comme l’expérience que nous avons tous fait, un jour, celle de rencontrer quelqu’un qui change tout dans notre vie. Expérience que font tous ceux et toutes celles qui veulent fonder une famille mais aussi celle qui est donnée dans une amitié véritable. L’amour et l’amitié vrais nous donnent de regarder le monde, la vie, les autres personnes d’une toute autre manière ! Les gens qui vivent cette expérience laissent entrevoir une paix et une joie profondes qui se lisent sur leur visage et sur leur être tout entier. Leur seule présence nous fait du bien, et cela, souvent à leur insu.
Oui, c’est bien quelque chose comme cela, la conversion à laquelle Jésus nous invite, en ce jour : nous tourner vers Lui et nous laisser séduire par Lui, au point que Sa Vie et Son Amour nous habitent et demeurent en nous. Alors, oui, tout change dans notre vie, du fait que Sa Lumière et Son Amour nous envahissent et nous transforment! Alors tout ce que nous vivons est regardé et reçu autrement. Nous ne voyons plus les gens de notre entourage, avec leurs seules limites, leurs faiblesses, leurs défauts ! Nous apprenons par Jésus qui nous habite, à les regarder, à sa manière à Lui ! Mais pour y parvenir, il importe que nos ténèbres personnelles soient éclairées et donc puissent disparaitre grâce à la Lumière qu’est Jésus.
N’allez pas croire que je rêve ! Je sais qu’aimer est difficile, c’est même très difficile. Et j’ose dire qu’humainement c’est impossible ! De fait, nous avons tous soif d’amour, mais nous n’arrivons pas à aimer jusqu’au bout et pour toujours, moi le premier ! Mais c’est pour cela qu’il nous faut nous tourner vers Jésus, c’est-à-dire nous convertir, et cela n’est jamais fini ici-bas ! Nous sommes toujours en chemin jusqu’à la fin de nos jours. J’aime nos Pères de Cîteaux qui nous rappellent souvent que nous sommes à « l’école de l’amour » ! Oui, nous sommes à l’école de l’amour toute notre vie ! Et donc il nous est donné la possibilité de commencer chaque jour, de progresser peu à peu, sans nous laisser envahir par nos ténèbres, mais en nous laissant envahir par l’Amour même de Jésus, au jour le jour, à chaque instant !
Cette conversion-là n’a rien de triste : elle nous fait entrer toujours plus dans la Joie de l’Amour de Dieu ! La conversion ne peut que nous conduire dans la Lumière qu’est Dieu ! Et s’il n’en n’est pas ainsi dans notre expérience de conversion, c’est sans doute que nous faisons fausse route, que ce n’est pas Jésus qui est au cœur de notre conversion. Nous tourner vers Jésus c’est nous ouvrir de plus en plus à Sa Joie et à Sa Paix. Qu’il en soit ainsi pour chacune et chacun de nous ! Que ce soit aussi notre souhait pour tous les chrétiens divisés en cette semaine de prières pour l’unité de l’Eglise ! Alors, nous serons poussés à « nous réconcilier » car « l’amour du Christ nous y presse » !

F. J-M