Vous êtes ici: Au fil du temps Homélies

« Venez, famille de Jacob, marchons à la lumière du Seigneur » (Isaïe. 2,5).
« Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière » (Rom. 13,12).
Ces deux appels du prophète Isaïe et de l’apôtre Paul nous font entrer hardiment dans le temps de l’Avent, avec le double thème symbolique de la lumière gagnant sur les ténèbres et du combat quotidien exigé pour rester en éveil et en marche, afin de nous laisser surprendre par l’inattendu de Dieu qui vient.
Marcher à la lumière du Seigneur. Toutes les liturgies des dimanches et des jours de semaine seront jusqu’après l’Epiphanie comme traversées par la même tension de toute l’humanité, de toute l’Eglise, et de chaque croyant, de la lumière qui vient vers nous et de notre marche qui va vers elle. Noël en sera la rencontre ardemment attendue. La nativité du Seigneur sera célébrée comme la naissance en notre humanité de celui qui est « La Lumière née de la Lumière ». Cet évènement de la nativité du Seigneur sera avènement de lumière dans la nuit plus ou moins ténébreuse de la marche du monde, du chemin des Eglises, du sentier de nos cœurs. On voit bien à quel point les célébrations chrétiennes sont tellement plus que des fêtes d’anniversaires : elles sont l’évènement présent d’un avènement actuel.
Mais le Noël qui vient n’est pas le premier avènement de lumière dans notre monde, ni dans notre vie humaine personnelle et sociale. Ceux qui ont rédigé les divers livres de la Bible ont raconté de multiples évènements, pour en garder la mémoire comme autant d’avènements de Dieu dans l’histoire. L’un des traits dominants de ces récits, comme la signature de Dieu, est de créer de la lumière, de faire la lumière. Dieu crée, Dieu sauve en faisant passer des ténèbres à la lumière. Tout avènement de Dieu est évènement de lumière, signifiée dans toutes nos liturgies, du baptême aux obsèques, par des cierges allumés au cierge Pascal de l’année en cours. C’est la lumière de sa Parole qui vient éclairer l’esprit et le cœur de l’homme dans la vérité de sa vocation de créature.
Cette vocation de créature, propre à chaque personne humaine, c’est précisément de connaître son Créateur comme celui qui lui donne sans cesse de vivre dans sa vérité de Fils et de Frère. Telle est la vérité de l’homme : être fils du Créateur qui est Père de tous, être frère de tous grâce à cette filiation. Voilà la lumière qui oriente l’homme désorienté : il peut devenir Fils de Dieu en accueillant Jésus, né de Marie, Fils éternel du Père !
Qu’est-ce à dire dans nos vies ? Entrer en Avent, commencer une année liturgique, c’est d’abord faire face à l’avenir proche et en même temps, oser regarder le futur qui vient. Avec la certitude de foi que nous sommes aimés de Dieu et que Jésus Ressuscité est et sera avec nous dans tout ce qui nous arrivera : joies et peines, avec la certitude d’espérance qu’il nous donnera de faire face à l’inattendu. C’est autre chose et mieux qu’une vue optimiste ou un regard positif, c’est envisager tout le déroulement de notre année à la lumière de Jésus avec nous. C’est pourquoi, célébrer l’année liturgique, c’est jour après jour, reprendre la marche de nos ancêtres dans la foi, et le chemin de Jésus à la lumière de la Résurrection. Les textes du Nouveau Testament ont été écrits à cette lumière, l’Ancien Testament se relit à cette lumière.
Prenons la fête de NOEL et sa préparation. C’est plus que l’émotion devant Jésus bébé. C’est célébrer l’anniversaire de la naissance du Ressuscité ! Il y a certainement beaucoup à faire pour que cela imprègne nos convictions et nos célébrations. Dans l’Evangile, Jésus nous invite positivement chacun à veiller et à nous tenir prêts à regarder ce qui risque d’arriver.
Et il évoque le temps de Noé et le désastre du déluge. Il y a des évènements, personnels ou collectifs, qui touchent l’un et pas l’autre, l’un est pris, l’autre laissé, c’est donc à chacun de veiller sur soi et sur les autres. A nous tous de voir plus loin que nos difficultés actuelles, et aussi de consentir à des sacrifices sur l’immédiat pour préparer un avenir positif. Sinon, quel déluge !Puissions-nous en ce temps de l’Avent connaître des avènements de la lumière divine dans nos cœurs, nos esprits, nos relations ! Ils contribueront à cet évènement toujours inattendu et étonnant qu’est notre existence enténébrée, provenant pourtant de la lumière et promise à en être illuminés, sûrs que Dieu nous donne la force de son Fils Ressuscité.

F. A-M